Une nuit de folie à la maternité

Ajouter à mes favoris

Par Charlotte, Presque essayette
1644
Par Charlotte, Presque essayette
21 Novembre 2013
1644

Géraldine nous fait vivre sa dernière garde de nuit, une nuit de folie !

 

La maternité est un lieu où peut régner le calme (c’est rare, quand même) mais où tout peut aussi basculer très vite. Les événements s’enchaînent alors et ce lieu devient une immense fourmilière où s’activent tous les membres du personnel, aux urgences comme dans les autres services. Je vous invite à me suivre lors de ma dernière garde de nuit, dans le service de maternité. Une nuit de folie qui s’est terminée comme elle avait débuté, c'est-à-dire sur les chapeaux de roues !



A 20 heures, la collègue de jour me fait part de ce qui s’est passé au cours de la journée concernant les mamans et les bébés du service. Au fil des transmissions, je comprends que la nuit sera probablement agitée. Il ne faut donc pas perdre de temps et commencer le tour de nuit.

Mais j’entame à peine mon tour que les sonnettes des patientes retentissent. Il faut dire que la tombée de la nuit est souvent un moment qui peut angoisser les jeunes mamans et qu’après les visites de la famille de l’après-midi, certaines se sentent un peu seules.


La maman de la chambre 21 a besoin d’aide pour la mise au sein. Son bébé a du mal à ouvrir sa bouche et à téter. « Mais pourquoi ne veut-il pas téter ? » me demande la jeune maman. Je sens qu’elle commence à douter d’elle-même : « je crois que je vais laisser tomber, si ça continue comme ça… ». Il faut dire qu’en ce qui concerne l’allaitement, la patience avec un grand P est la première des vertus. Après une vingtaine de minutes, l’enfant parvient enfin à téter. Ouf, la maman, déjà moins nerveuse, se sent rassurée.

 


A plus de 21 heures, il me reste encore vingt patientes à voir. La  suivante, c’est Mme M., une jeune femme de 22 ans, en plein baby blues. Sur le plan médical, il n’y a pas de problème, mais au fur et à mesure que je lui pose des questions, ses larmes se mettent à couler. Elle est fatiguée et a le sentiment d’être incapable de s’occuper de son bébé alors qu’elle s’en sort très bien ! Nous discutons un long moment et lorsque je sors de la chambre ses larmes ont séché pour laisser place à un beau sourire.

 


Oups, c’est que le temps passe vite : l’horloge affiche déjà 22 heures ! Je poursuis mes visites : des prises de sang, des injections d’anti-coagulant, des surveillances de dames césarisées... Et oui, la sage-femme est multitâche ! Ce n’est que vers 1h30 du matin que j’achève enfin ma tournée.


Une petite pause d’une vingtaine de minutes, histoire de casser la croûte et c’est reparti. Je réalise une prise de sang à un bébé car sa maman avait accouché longtemps après l’ouverture de la poche des eaux et cela pourrait représenter un risque infectieux pour l’enfant.

 


A 3 heures du matin, je donne ses antibiotiques au bébé de la chambre 26.
Ensuite, je dois passer voir Mme B. et Mme G. qui ont subi des césariennes. Sauf qu’entre-temps, la dame de la chambre 35 a besoin d’aide car elle ne sait plus comment faire pour calmer son bébé qui pleure depuis une quinzaine de minutes. L’enfant avait besoin de réconfort : après quelques conseils, la maman l’a pris contre elle et les pleurs ont cessé.


Bon, où en étais-je ? Ah oui, la salle de naissance m’a aussi appelé pour prendre en charge une nouvelle accouchée qui va arriver dans le service.
Mme B. et Mme G. vont bien, heureusement.


Avant que la nouvelle dame et son bébé ne remontent dans le service, je commence à remplir les dossiers. Il est 5 heures et mes yeux commencent à piquer. Au loin, j’entends les roues du brancard, c’est  Mme J., la patiente que j’attends. Tant pis pour les papiers, on verra plus tard !

 

Je salue la patiente, vérifie que tout va bien et je l’aide à se lever. Elle a accouché rapidement pour un premier enfant et se sent plutôt bien. Son bébé, une petite fille de 3200g, dort paisiblement dans le berceau. Je les laisse se reposer…

 


Mais il est déjà 6 heures : je me replonge dans mes dossiers… Difficile de se concentrer : j’ai sommeil et je crois que mon estomac crie famine.
Je prends cinq minutes, je souffle un peu, et un yaourt et un capuccino plus tard, je termine les papiers.


C’est bientôt l’heure de la relève du matin : certaines mamans dorment et leurs bébés aussi, je ne les embête pas plus. D’autres allaitent, certaines regardent la télé.

 

Des mères racontent leur nuit : « la nuit a été dure, je n’ai pas dormi », « c’est bizarre, il n’est calme que la journée… », « il m’a laissé dormir trois heures d’affilées, je suis contente ». Je passe aussi voir Mme A. et Mme G. pour leur donner leurs antalgiques.

 


Il est 8 heures, je suis sur les rotules. Un peu d’ordre dans le bureau, des notes dans les dossiers et la collègue de jour prend le relais. J’avoue que je suis soulagée de passer la main. Je pars mais la pause ne sera que de courte durée : je reviens ce soir…

 


A bientôt, pour un nouvel épisode !




© Tyler Olson – Fotolia.com

L'avis de l'expert

Mon premier accouchement

Le récit de mon premier accouchement en tant que sage-femme, le début de l'aventure !
Pour commencer par le commencement, j’avais envie de partager avec vous le récit du premier accouchement que j’ai moi-même réalisé. Les études de…

Par Géraldine, Un amour de sage-femme
Lire l'article

Sur le même theme

  • 6217

    Lettre ouverte à mes amies futures mamans : mon premier accouchement, entre craintes et excitation

    Je ne suis pas une stressée de nature. Je déteste me mettre la pression et la rate au court-bouillon. Mais savez-vous ce qu'on dit ? Avant, j'avais des principes. Maintenant, je suis enceinte... Aux cours des préparations à l'accouchement, j'avais un milliard de questions, vite supplantées par celle-ci : est-ce que je vais y arriver ?

    Par Cynthia
  • 4024

    Lettre ouverte à ma sage-femme

    Vous êtes entrée dans ma vie au moment qui compte le plus dans la vie d'une femme. Celui où tous les sens sont sans dessus dessous, où l'essence même de la vie s'insinue dans notre corps, notre tête, et notre âme. Celui où naissent les questions métaphysiques, philosophiques, psychologiques, côtoyant d'autres interrogations bien plus pragmatiques (à quel moment puis-je crier pour avoir une péridurale ?!).

    Par Cynthia
  • 31854

    Ces choses que les papas pourraient faire pendant l'accouchement et qui aideraient VRAIMENT

    Ahhhh l'accouchement, après 9 merveilleux mois de grossesse, c'est enfin LE jour de la rencontre avec votre merveilleux bébé. Mais avant cela, il y a un peu de travail pour maman, mais aussi pour papa, pour qui le jour de l'accouchement est loin d'être de tout repos !

    Par Serena
  • 13779

    Ma si belle rencontre de maman avec bébé

    Avoir un bébé, c'est tout un projet de vie. En tombant enceinte, on va vers l'inconnu. On s'imagine un petit être, on s'imagine, ou on sait, qu'on attend un garçon ou une fille. On se dit qu'il sera comme ci ou comme ça, qu'il aura les yeux bleus ou marrons, qu'il aura les yeux en amande et la bouche charnue, et puis HOP on accouche. Et c'est ce qui rend cette rencontre entre maman et bébé si magique.

    Par Jessica
  • l'avis de l'expert
    1638

    Accouchement : les questions que vous n'osez pas poser

    Le jour J approche à grands pas et les questions sur votre accouchement se bousculent dans votre tête ? C'est normal ! Laurence Pavie, sage-femme hospitalière, vous apporte des éléments de réponse aux interrogations que vous pourriez avoir et que vous n'osez pas formuler.

    Interview de Laurence Pavie
  • 3164

    Les petites angoisses pendant l'accouchement

    Mis à part les problèmes de santé, il est bien normal d'avoir des petites angoisses avant ou pendant l'accouchement ! Parce que tout le monde en conviendra, on n'accouche pas tous les jours !

    Par AstridM
  • Ma vie de Maman
    1418

    Après votre accouchement, que se passe-t-il pour vous et votre bébé ?

    Les premières minutes après la naissance de votre bébé sont bien sûr chargées en émotions... Outre cette rencontre tant imaginée, quelques examens et soins vous attendent, vous et votre bébé, dans les heures et les jours qui suivent l'accouchement. Marie-Dominique Bressot, sage-femme à la maternité des Diaconesses, à Paris, vous explique le déroulé de ces jours si particuliers.

    Interview de Marie-Dominique Bressot
  • 7178

    Ce que j'aurais aimé qu'on m'offre à la maternité

    À toutes les naissances, sonne la traditionnelle valse des cadeau pour la future maman. Souvent, c'est le bon moment pour l'entourage de se faire plaisir en achetant un tas de petits cadeaux choupis-mimis destinés au tout nouvel arrivant de la famille. Malheureusement, force est de constater que toutes ces bonnes intentions pour la future maman se ressemblent souvent.

    Par Natacha

Le best

Exclu membres


evian soutient l'allaitement maternel

evian soutient les recommandations de l'OMS pour la promotion de l'allaitement maternel pendant les 6 premiers mois de la vie de l'enfant. En effet le lait maternel est l'aliment le mieux adapté aux besoins spécifiques des bébés.

J'EN PRENDS NOTE