Paroles d'experts

Parentalité positive, comment l'appliquer au quotidien ?

Ajouter à mes favoris

Interview de Nadège Larcher, Psychologue et formatrice en communication bienveillante au sein de l'Atelier des Parents
1249
Interview de Nadège Larcher, Psychologue et formatrice en communication bienveillante au sein de l'Atelier des Parents
29 Juin 2017
1249

La parentalité positive est une forme de communication bienveillante et respectueuse entre l'enfant et ses parents. Psychologue de formation, Nadège Larcher anime des ateliers pour aider les parents à favoriser ce type de communication. Elle vous explique ici les principaux fondements et livre ses conseils pour parvenir à la mettre en place au sein de votre famille.

Pouvez-vous nous décrire quelques fondements de la parentalité positive ?

 

  • Le premier fondement serait de bien différencier l’enfant de son comportement. Par exemple, ne lui dites pas : « tu es méchant » mais « ce geste est méchant » ou « ce comportement n’est pas acceptable ». Ainsi, on peut dire à l’enfant lorsque sa conduite est bien, mais aussi lui souligner lorsque ce n’est pas ce que l’on attendait de lui. Pour autant, cela ne remet pas en cause sa valeur, ni son estime de lui. C’est l’une des bases de la communication bienveillante.

 

  • Prendre en compte les émotions de l’enfant, qui sont toutes légitimes, et les accueillir tout en posant des limites. Les tout-petits vivent de véritables tsunamis émotionnels et ne peuvent contrôler leurs émotions. Ils ont besoin qu’un adulte les accompagne. Par exemple, si votre enfant est fâché contre son frère, dites-lui : « tu as le droit d’être en colère contre ton frère, mais il est interdit de taper ». Il faut lui donner les moyens d’exprimer sa colère, lui dire par exemple : « tu peux dessiner un dessin de colère si tu veux ou tu peux souffler très fort pour lui montrer ta colère » de façon acceptable en s’adaptant bien sûr à son âge.

 

  • On conseille également aux parents d’éviter d’utiliser la négation. En disant à un enfant de 2 ans « Ne cours pas » ou « Ne crie pas », vous pouvez être sûr qu’il va continuer à courir ou à crier car c’est le mot qu’il aura retenu ! Essayez d’employer le terme exact : « Marche », « Chuchote », « Parle ». On a tendance à leur dire ce que l’on ne veut pas et on finit par en oublier l’essentiel : leur dire ce que l’on attend…

 

Comment appliquer cette communication bienveillante dans la vie de tous les jours ?

Il faut essayer de perdre certaines habitudes que l’on a depuis des années ! Cela peut prendre du temps et cela demande aussi de l’entraînement. Voilà pourquoi il existe des ateliers thématiques pour aider les parents à réfléchir à ce qu’ils souhaitent pour leurs enfants. Nous sommes là pour proposer, pas pour imposer. Nos enfants ont besoin de temps pour grandir, c’est le cas aussi pour les parents ! Il faut aussi admettre qu’il y a des jours plus ou moins faciles…

Enfin, qu’en est-il des punitions dans la parentalité positive ?

Les punitions stoppent l’enfant sur le moment, mais elles ne lui permettent pas forcément de comprendre qu’il est responsable de ses actes. Si votre petit se comporte mal au supermarché et que vous décidez de le priver par exemple de dessin animé en rentrant, quel est le lien logique de la punition entre son comportement en faisant les courses et le dessin animé ? Il n’y en a pas. L’idée est d’insister sur les règles et de mettre un cadre. Expliquez-lui que si cela se passe mal, vous ne l’emmènerez pas la prochaine fois ou bien qu’il restera dans le caddy. Il faut exécuter ce que vous lui dites. Ce sera plus efficace car cela le rend responsable et autonome. S’il écrit sur le mur avec un feutre, même tout-petit, il peut vous aider à réparer sa bêtise en nettoyant avec vous. Le but est qu’il comprenne qu’il y a des conséquences à ses actes. Le principe n’est pas de tout autoriser, au contraire, mais on essaye de ne pas attaquer l’estime de l’enfant tout en lui mettant des limites. Cela ne se fait pas du jour au lendemain, il faut y aller petits pas par petits pas et accepter qu’il puisse y avoir des jours sans !

Nadège Larcher est psychologue et formatrice en communication bienveillante au sein de l’Atelier des Parents. Ancienne responsable en ressources humaines, elle a repris des études de psychologie en 2010 et s’est spécialisée dans le domaine du développement de l’enfant et de l’adolescent. Elle travaille auprès des familles et des professionnels de l’enfance et de l’éducation, par le biais d’ateliers, de conférences et d’analyses professionnelles, dans la région Centre et dans toute la France.

Thèmes :

Paroles de blogueurs

L'éducation bienveillante : Quand dois-je dire non à mon enfant ?

ZozoMum vous dit tout sur l'éducation bienveillante, et comment gérer ce "non".

Par Aurélie, Maman dingue, motivée et optimiste !
Lire l'article

Sur le même theme

  • l'avis de l'expert
    1061

    Devenir belle-mère ou beau-père à 30 ans : comment trouver un équilibre dans une famille recomposée ?

    Que l'on soit déjà parent ou non, devenir belle-mère ou beau-père, d'autant plus lorsque l'on a 30 ans, ne se fait pas du jour au lendemain. Élodie Cingal est psychologue spécialisée dans la famille recomposée. Ses quelques conseils avisés vous aideront sans doute à mieux (ré)agir au quotidien pour que chacun trouve sa place au sein de cette nouvelle composition familiale.

    Interview de Élodie Cingal
  • 10100

    Les 10 phrases les plus gentilles que m'a dit mon enfant

    Ils nous font parfois râler et ils nous empêche de dormir, mais nos enfants sont des pros dans l'art de nous faire fondre et savent très bien comment se faire pardonner :

    Par Serena
  • l'avis de l'expert
    1254

    L'acquisition du langage chez les bébés

    Entre gazouillis et babillages, les parents guettent impatiemment les premiers sons de leur bébé ! Quel mot prononcera-t- il en premier, dira-t- il d'abord « maman » ou « papa » ? Il existe plusieurs étapes dans l'acquisition du langage. Sophie Fragnon, orthophoniste, vous détaille les principales et livre quelques conseils pour mieux accompagner votre bébé dans cet apprentissage essentiel.

    Interview de Sophie Fragnon
  • l'avis de l'expert
    1435

    Changement d'heure : comment préparer bébé à l'heure d'hiver ?

    Chaque année, c'est le même rituel à la fin du mois d'octobre : le changement d'heure ! Il faut alors régler sa montre à l'heure d'hiver. Et quand on a un bébé, le décalage prend parfois des proportions plus importantes ! Comment va-t-il s'adapter ? Est-ce que cette petite heure de décalage va totalement perturber son rythme ? Nous avons demandé l'avis de Vanessa Slimani, pédopsychiatre et médecin du sommeil.

    Interview de Vanessa Slimani
  • 5748

    Lettre ouverte : Être jeune maman, mon histoire

    Les femmes deviennent mère, en moyenne, à 30 ans. C'est la « norme ». Personnellement j'ai fait le choix de devenir une (très) jeune maman à l'âge de 20 ans. Et à 25 ans, je suis une (jeune) maman de 4 enfants.

    Par Aurélie
  • l'avis de l'expert
    807

    Accidents domestiques : comment protéger bébé ?

    Dès la naissance, les risques d'accidents domestiques existent pour votre bébé. Ils sont même un problème majeur de santé publique*. La majorité des accidents ayant lieu au sein de la maison, le Dr François Arditty - médecin urgentiste en pédiatrie - nous parle des principaux risques et nous livre ses conseils pour mieux gérer en cas d'accident.

    Interview de Dr François Arditty
  • l'avis de l'expert
    36137

    Comment donner son bain à bébé ?

    Le matin ou le soir, dans un siège adapté ou dans une petite baignoire, à quelle température, à quel moment de la journée, à quelle fréquence ? Autant de questions que vous vous posez peut-être ! Chantal Boëté est auxiliaire de puériculture en maternité. Elle vous explique comment bien donner le bain à votre bébé pour partager un moment de plaisir ensemble.

    Interview de Chantal Boëté
  • 4886

    Les 10 questions que j'aurais aimé poser pendant ma grossesse

    Face au gynécologue, aux sages-femmes et à tous les professionnels de santé que l'on rencontre durant cette période, on n'ose pas toujours poser ces questions sur la grossesse qui pourtant nous hantent.

    Par Serena

Le best

  • Mon rôle de papa
    18420

    8 choses que j'envie aux papas

    Messieurs, même si j'adore être une maman, je dois avouer qu'il y a deux trois choses que je vous envie, non, huit précisément.

    Par Serena
  • Mon rôle de papa
    14296

    Valise maternité de papa : la check-list

    Être une future maman et se préparer à l'accouchement, ça, s'est simple. Mais quand on est un futur papa, on prend quoi pour aller à la maternité ? Voici la checklist de la valise de paternité ! 

    Par Olivier
  • Mon rôle de papa
    13011

    Comment s'investir dans la grossesse en tant que futur papa ?

    Durant la grossesse, il peut être difficile pour nous, les futurs papas, de trouver notre place dans la relation qui se tisse entre la maman et notre futur bébé. S'investir dans la grossesse permet de créer un début de relation avec notre enfant et ne pas se sentir exclu de cette période importante de notre vie.

    Par PapaPanique
  • Mon rôle de papa
    12556

    Ma première fête des pères

    La fête des pères, comme celle des mères, fait l'objet de beaucoup de moqueries. Pourtant, les parents attendent souvent ce moment avec impatience !

    Par Olivier

Exclu membres


evian soutient l'allaitement maternel

evian soutient les recommandations de l'OMS pour la promotion de l'allaitement maternel pendant les 6 premiers mois de la vie de l'enfant. En effet le lait maternel est l'aliment le mieux adapté aux besoins spécifiques des bébés.

J'EN PRENDS NOTE